Greenpeace est elle une ONG « indépendante » des états?

 

Bien que par définition une ONG soit une organisation non gouvernementale, nous pouvons nous interroger à juste titre sur la réelle indépendance des différentes associations à l’égard des décideurs, tant il peut y avoir d’imbrications de facteurs politiques et économiques sur la vie même d’une ONG.

Sur son site internet, http://www.greenpeace.org/france/connaitre-greenpeace/financement , Greenpeace affiche avec fierté une telle indépendance. Examinons ce qu’il en est sur le plan financier et politique.

Sur le plan financier :

Greenpeace affirme son souci de conserver toute son indépendance en étant financée exclusivement par des fonds privés : « Nous refusons les subventions d'Etat et les contributions d'entreprises, ce qui nous permet de garder une totale liberté de parole et d'action en tout lieu et en toute circonstance. » déclarent-ils sur leur site français.

Ainsi ce sont plus de 7 millions d’euros de fonds privés qui viennent financer les actions de Greenpeace en France

 

Sur le plan politique :

De part sa nature, Greenpeace est très attachée à conserver toute son indépendance à l’égard des états afin de pouvoir dénoncer tout préjudice à la qualité de l’environnement. Ainsi, l’association est amenée à s’opposer régulièrement aux états par des actions concrètes et en faisant pression sur les pouvoirs politiques. Par exemple, Greenpeace prit position, en France contre le nucléaire ou encore aux Etats Unis lors de sa campagne contre les Organismes Génétiquement Modifiés.

Cette opposition s’appuie sur une démarche méthodique : l’ONG analyse les sujets concernés pour en mesurer toutes les conséquences et en comprendre les différents paramètres. Elle s’attache ensuite à informer les différents responsables et partenaires politiques ainsi que le public. Il s’en suit une phase de discussions et de négociations, qui, si elles n’aboutissent pas de façon satisfaisante au goût de l’ONG est suivie de campagnes de sensibilisation puis de pétitions et enfin d’opérations « coups de poing ».

Aujourd’hui  Greenpeace est considérée par les Etats comme une véritable force d’opposition. Toutefois, ce qui fait la force de l’association, c’est-à-dire sa capacité à intervenir sur le plan politique peut aussi en faire sa vulnérabilité : appelée à négocier avec les dirigeants politiques, Greenpeace peut être l’objet de manipulations, forces de pression, qu’elle ne mesure pas obligatoirement. Comment ne pas imaginer qu’un gouvernement puisse avoir intérêt à parlementer avec l’association pour en faire une alliée politique, ou au contraire un parti d’opposition qui peut avoir intérêt à déstabiliser le gouvernement en place ? Comment l’ONG décide-t-elle les priorités de ses campagnes ? Est-ce totalement libre d’influence ?

Toutefois, Greenpeace étant une association internationale est relativement protégée de telles influences nationales. De nombreuses décisions sont prises à Luxembourg où est situé le siège de la société et où sont représentés les principaux bureaux d’Europe, d’Amérique et d’Asie. Ainsi Greenpeace international assure :

-          Le processus de concertation dans l’élaboration des campagnes,

-          La cohérence des messages et des actions

-          La coordination politique et scientifique de l’organisation, La gestion des bateaux (Rainbow Warrior, Esperanza, Artic Sunrise) et des ressources partagées (serveur Web par ex.)

-          la présence de l'organisation auprès des instances mondiales (ONU par ex.)

Inversement, cette structure internationale, et sa notoriété,  offrent à Greenpeace une capacité réelle d’influer sur les gouvernements, comme nous l’avons évoqué plus haut.


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site